Digital First
 
  • Publié le 12-05-2008

Packard Bell dĂ©bute lâ??annĂ©e 2009

Packard Bell dĂ©bute lâ??annĂ©e 2009Netbook, storage et gaming sont les trois orientations fortes de Packard Bell pour une rentrĂ©e qui promet dâ??ĂȘtre concurrentielle. Les nouveaux produits sont attendus en janvier et fĂ©vrier.



Le Dot (déjà annoncé dans un précédent PC World.be) n’a plus rien à voir avec le netbook lancé voici un an. Proposé en trois versions à partir de 399 EUR, il se déclinera même avec un module pour carte 3G  (599 EUR).
Pour l’instant, les ventes de netbooks sont encore intégrées dans les chiffres des PC portables, mais la part relative des petits ordis est passée de 6 à 7% en septembre à 10% en fin d’année. L’an prochain, les deux catégories devraient donc être séparées, estime déjà Ralf van Lysebeth, patron pour le Belux et la Suisse.

L’enfer du jeu

Les Gamers pourront, eux, découvrir deux machines : une tour et un portable, spécifiquement conçus pour  assouvir leur vice. Le PC tour baptisé Ipower X2.0 dispose d’une fenêtre d’accès direct sur le ventre de la bête, d’un système de refroidissement costaud et d’une grande modularité, tant en terme de carte(s) graphique(s) que de surcadençage. Bref, une machine pour les joueurs de fond nullement effrayés par une fourchette de prix qui débute à 1500 EUR. Packard Bell propose au même public une alternative notebook qui vient concurrencer l’offre MSI dans les portables de jeu.  Le iPower GX dispose d’un écran de 17 pouces, mais est surtout équipé d’une carte graphique nvidia Geforce 9800M GTS avec 1Go de mémoire DDR3 dédiée et un processeur Quad Core. Du lourd. En option, son écran peut même supporter l’affichage HD des jeux de dernière génération. Une batterie de 9 cellules a été prévue pour tenir la distance. Cette fois, le prix ne devrait pas commencer sous la barre des 2.000 EUR. « Ce type de configuration se vend surtout dans les magasins qui proposent à la fois du matériel et du logiciel », commente le patron belge. C’est principalement le cas dans le retail.

Storage

Enfin, Packard Bell renforce son offre de disques externes de 2,5 et 3,5 pouces.  Leur particularité commune est la Powersafe Technology qui a supprimé le bouton de mise sous tension des disques. Si le PC est éteint ou que le disque externe n’est pas utilisé, le média se coupe automatiquement. La gamme Chroma inspirée de la gamme Silver s’en différencie par un design plus haut de gamme, des leds paramétrables et une housse fournie. La gamme Carbon (3,5 pouces) succède aux Sprint et offre une capacité jusqu’à 1 To. Le châssis Jumbo reprend la même technologie, mais avec une double baie pour faire monter la capacité maximum à 2 To. Et enfin le modèle Studio remplace le Store & Play. Il lit les DVIX et  se branche sur un téléviseur pour y afficher films et photos.

Quelle croissance ?

Packard Bell anticipe de bons taux de croissance dans les moniteurs. Pour le storage, ce sera plus dur. Face à un marché très concurrentiel où les acteurs sont (trop) nombreux, Ralph Van Lysebeth croit dans le cross selling et dans une stratégie désormais  adossée à une gamme étendue de disques externes. Selon lui, le nombre des acteurs devrait, à terme, se réduire à 4 ou 5. La consolidation est un processus sans fin. Y compris dans le Storage.

L’après-fusion

Par rapport à la fusion avec Acer (Gateway, troisième larron,  n’est pas actif chez nous),  Ralf Van Lysebeth met l’accent sur la facilité d’utilisation de Packard Bell, alors que Acer se focalise sur l’innovation technologique et dispose également d’une offre professionnelle. Même s’il reconnaît qu’aujourd’hui, entre un notebook de bureau et un portable familial, la différence devient marginale.
 
Cette annonce PC/Storage est la confirmation d’un recentrage «PC» de Packard Bell : les lecteurs MP3 ont disparu du catalogue, les systèmes GPS sont passés à la trappe et les produits bruns (lecteurs de DVD) ont suivi le même chemin. L’heure est à la spécialisation. Dans la perspective de la guerre de tranchées qui s’annonce, tous les constructeurs  savent (ou craignent) que le client risque de se rabattre sur les marques auxquelles il accorde le plus de confiance. Dans ce contexte, mieux vaut réduire le catalogue aux seuls produits à forte image, les autres n’ayant que peu de chance de passer la rampe. Ambiance.



 

By registering to this newsletter, I am allowing the publishers the right to use my information for networking purposes, to receive further information leading up to events, to receive post events information from the events actors & speakers, for follow-up emails and for my picture to be taken during the events..