Digital transformation
 
  • Publié le 07-12-2015

  Le nouveau rôle du Chief Data Officer (CDO)

 
Le nouveau rôle du Chief Data Officer (CDO)  Les organisations commencent à réaliser que la science des données est importante : conserver, avoir accès, protéger et enfin, supprimer du contenu – en respectant l'évolution permanente des réglementations – est ce qui les préoccupe le plus.



Dans le même temps, les équipes informatiques se rendent compte qu’elles ont besoin d\`un leader, qui a pour rôle de comprendre et de défendre l\`intérêt de ces données. Cependant, ces nouvelles tâches ne peuvent pas être confiées au CIO, qui est déjà très occupé par le fait de devoir faciliter et gérer la transition ainsi que les innovations numériques.

 

Une gestion des données efficace et à temps

Ce phénomène nécessite un investissement dans une personne réellement capable d’alimenter et gérer ces données. C’est à ce niveau-là que le CDO intervient. Son rôle est de mettre en place un plan de gestion permettant de garder une trace des ressources : où les données sont-elles stockées, qui peut y avoir accès et combien de fois sont-elles vérifiées et nettoyées.

 

Le CDO peut établir des processus de qualité des données grâce auxquels il sera possible de mieux gérer la pureté des ressources critiques de l’entreprise. Il peut également s’assurer que l’entreprise ne dépense pas d’argent dans le stockage de données dupliquées, vieilles, non vérifiées ou corrompues. L’objectif final est d’avoir un ensemble de données de meilleure qualité pour tous au sein de l’organisation ainsi qu’une gestion des données plus sécurisée, plus efficace et plus rapide pour la clientèle.

 

Les données sont un actif de l’entreprise

Le CDO doit également permettre aux entreprises de gérer leurs données comme un actif. Cela signifie qu’il est responsable de la manière dont les entreprises utilisent et profitent de la valeur des données, y compris de la façon dont elles protègent la confidentialité des données et dont elles respectent les lois relatives à l’accessibilité et à la protection des données. Le CDO doit instaurer l’ordre à partir du chaos et tirer profit des informations en possession de l’entreprise afin d’améliorer sa vision d’ensemble et sa compétitivité.

 

Le CDO doit en outre être capable de reconnaitre l’importance d’associer les processus technologiques grâce auxquels les entreprises fonctionnent au « facteur humain » : des informations généralement ignorées, bien qu’essentielles, que l’on retrouve dans des données non structurées, souvent sur les réseaux sociaux. Pour cela, il faut qu’il soit le cerveau derrière l’opération consistant à réduire les obstacles entre les informations utiles et les mesures à prendre.

 

Une pure nécessité

Désormais, devenir une entreprise axée sur les données n’est plus un choix, c’est une nécessité. Prendre des décisions en fonction d’approches centrées sur les données améliore non seulement la précision des résultats mais permet également d’avoir une meilleure cohérence sur la façon dont ces résultats sont interprétés et affectent l’entreprise.

 

Les données ont la capacité de changer une entreprise. Et le CDO est le principal acteur de ce changement.

 

Par Rens Koopman, Country Manager Benelux chez Commvault



 
.